Femme diola


ILES   DE   BASSE-CASAMANCE

INFOS UTILES


et la rébellion, la paix ?
comment venir ? (modes de transports)
climat et saisons
maladies et protections
qualité de l'eau
téléphoner
boutiques et approvisionnements



 

et la rébellion, la paix ?

Les peurs et les désinformations se colportent bien au-delà de la réalité.

Si effectivement il y eu un jour rébellion du peuple casaçais avec des revendications d'indépendance, aujourd'hui, la région est redevenue paisible depuis plusieurs années.
S'il subsiste quelques escarmouches de temps à autres, l'ensemble de ces faits reste exceptionnel bien que les médias en fassent leurs choux gras.

En attente des modalités d'application de la déclaration de paix signée le 30 décembre 2004 entre les mouvements de la rébellion et le gouvernement sénégalais, la région reste encore couverte par la présence de l'armée officielle sénégalaise. Présence plutôt dissuasive qu'oppressive.

On est d'ailleurs en droit de s'interroger sur la motivation et le bien-fondé de certaines campagnes de presse récentes. Ainsi que sur les dérives des nouveaux outils du web, qui permettent de reprendre à tout-va et sans vérification aucune, et de les colporter à l'infini, des avis et des commentaires proches de rumeurs mais qui prennent facilement l'habit d'informations sûres.

Il est aussi important de relativiser certains avis et certaines données. Par exemple, certaines zones sont tout bonnement classées "rouge" par certaines ambassades qui ne veulent pas trop se créer de problèmes d'avoir à remuer une logistique compliquée pour aller rapatrier un de leurs ressortissants touriste malade dans des zones reculées. (Lire à ce sujet le texte Relativiser les informations )

Vous ne trouverez pas en Casamance le "harcèlement du touriste" propre à certains pays ou certaines grosses villes comme Dakar.
Et les îles sont particulièrement paisibles.
La région est très sûre pour les voiliers.
Ziguinchor est une ville très tranquille et discrètement sécurisée par l'armée sénégalaise. Vous pourrez en toute sécurité vous y balader seul, de jour comme de nuit. (Se balader néanmoins avec le passeport (plutôt une photocopie d'ailleurs) (ou une pièce d'identité) dans la poche, cela simplifiera un éventuel contrôle militaire ou policier sans gravité. Nécessaire pour sortir de Ziguinchor par la route.)

Retour en haut de la page

comment venir dans les îles ?

Par avion  :

- vols directs Paris - Cap Skirring (d'octobre à mai)
- vols directs Paris - Dakar
- vols Dakar - Ziguinchor (se renseigner)

Par bateau :

- actuellement un bateau de passagers, le ferry Aline Sitoé, fait la navette Dakar-Zig deux fois par semaine.

Par taxi-brousse :

Dakar --> Ziguinchor

(environ 8.000 FCfa sans bagages spéciaux, compter en sus 2 fois 1.000 FCfa pour les entrée et sortie de la Gambie que vous traverserez si vous prenez la "trans-gambienne" directe et sa traversée du fleuve en bac
, embarquez tôt (7 heures du matin à la gare routière Dakar-sud) pour réduire les attentes au bac)

Il est aussi possible de louer un "7 places" personnel pour environ 50 à 60.000 FCfa tout compris.

+ Navettes en pirogue :

- Différentes pirogues partent de Ziguinchor vers les îles et les villages bordant les îles : Diogué, Haere, Hitou, Karabane, Elinkine, Elana, Affiniam, etc.
Toutes partent
de "l'ancien bac", quartier "L'escale" entre Hôtel du Perroquet et Hôtel Kadiandoumagne.

- Ziguinchor --> Niomoune : liaison publique (1.300 FCfa)
les JEUDIS,
DIMANCHES (pirogue "PA LUCIEN") matins, se présenter à 9 heures, départ entre 11 heures et midi, parfois après plusieurs heures de retard en fonction des chargements, à l'embarcadère de "l'ancien bac", quartier "L'escale" entre Hôtel du Perroquet et Hôtel Kadiandoumagne ; retours les MERCREDIS, SAMEDIS ("PA LUCIEN").
"Pa Lucien" est une pirogue récente, sûre par gros temps et bien gérée.

Transfert privé sur Eringa sur demande...

- Ziguinchor --> Haere : liaison publique (1.500 FCfa) - fait un arrêt à Eringa.
les JEUDIS,
DIMANCHES ou LUNDIS matins, se présenter à 9 heures, départ entre 11 heures et midi, parfois après plusieurs heures de retard en fonction des chargements, à l'embarcadère de "l'ancien bac", quartier "L'escale" entre Hôtel du Perroquet et Hôtel Kadiandoumagne ; retours les MERCREDIS, SAMEDIS ou DIMANCHE.


- Cap Skirring (Katakalousse) --> Les îles : liaisons privées spéciales à chercher sur place...

Retour en haut de la page

climat et saisons

Le climat, dans cette partie de la Casamance, est généralement doux et agréable, avec parfois des nuits fraîches et de la rosée au couchant et au levant.
Il y a deux saisons nettement différentes en Casamance : saison sèche (mi-octobre à mi-juin) et saison des pluies (mi-juin à mi-octobre)(appellée "hivernage").

- Lors de l'hivernage, le ciel déverse des trombes d'eau qui rempliront les cuvettes argileuses des rizières au plus grand bonheur des cultivateurs de riz. C'est la saison de la moiteur, de la chaleur étouffante sans parfois un seul souffle de vent. C'est aussi, pour cause de culture agricole et de vacances scolaires dans les lycées et universités, l'époque où tous rentrent au village donner le coup de main et organiser les bals populaires pour les jeunes (sonos sursaturées et tenues sexys de rigueur sur fond de groupe électrogène). Epoque aussi de la lutte traditionnelle, inter-quartiers et inter-villages.
Saison où les moustiques et les mout-mout (très petits moustiques fréquentants le bétail et sortants en masse de leurs nids lors des pleines lunes, équivalents de nos "mammouths" français) sont les plus nombreux...

Prévoir une cape de pluie genre "cape cycliste" et des protections étanches pour les bagages et les matériels sensibles...

- La saison sèche, quant à elle, est douce à dans les îles, contrairement à Ziguinchor où elle peut être caniculaire avec des températures de plus de 35°. Entre 20 et 30°, la température tombe parfois la nuit jusqu'à une impression de froid augmentée par le vent des alizés.

Prévoir une petite laine ou une polaire, un coupe-vent léger et chapeau pour les longues balades ou transports en pirogues...

Retour en haut de la page

maladies et protections

Le palud reste un des plus grands fléaux qui sévisse ici. Nivaquine + Paludrine, ou Savarine conseillée en préventif aux voyageurs restant moins de deux mois. Moustiquaires de rigueur, lotion répulsive anti-moustique à base de Diethyl Toluamide (Deet) pour les pieds et mains... Traitement curatif à base d'artémisine couplé à une autre molécule (type Arsumax, Artesunate, etc.), à posséder en réserve et pour les résidents locaux. (Le Lariam est un curatif ET NON un préventif. Du reste, c'est encore un des traitements qui n'a pas développé de résistance. Il est donc en quelque sorte criminel d'encourager, de part son utilisation inconsidérée, le virus du palud à développer une résistance que la pharmacopée actuelle ne saurait combattre !). L'Halfan est un curatif efficace mais violent pour le coeur, lui préférer la nouvelle molécule (Artemisine) à base de plante chinoise, type Artesunate... MSF recommande l'Artemisine combinée avec une deuxième molécule.
Ces produits de base, même récents, sont disponibles couramment dans les pharmacies locales de Ziguinchor, à un coût nettement inférieur aux prix européens.

Vaccin Fièvre jaune conseillé malgré qu'il ne soit plus exigé à l'entrée au Sénégal. On note encore certains cas sporadiques.

N'oubliez pas non plus vos rappels de tétanos...

Sida : quel pays, à ce jour, peut dire qu'il n'est pas touché par l'épidémie ? Honnêtement ?

Prévoir pour traiter efficacement les diarrhées d'estomacs dérangés. L'Imodium fait "bouchon" d'urgence mais ne traite pas la flore stomacale...

La Fucidine (pommade antibiotide) est redoutable d'efficacité si on l'applique immédiatement pour toutes les petites plaies et écorchures qui en refusant de cicatriser (surtout en saison humide) pourraient donner la porte ouverte aux infections de la peau et autres staphylos...

Les pharmacies de Zig sont correctement fournies pour tous les besoins.
Nous n'en dirons pas autant pour les systèmes hospitaliers...
L'hôpital militaire, ou Dakar, ou un rapatriement sont souvent les meilleures échappatoires en cas de grosse difficultés...

Attention, l'Afrique est le pays des rhumes, pharyngites et ses angines dérivées. Eh, oui ! Prévoir les coups de froid... (sueur trop vite rafraîchie par une brise bienvenue), et les premiers coups de chaleur. Le Cheich, cette écharpe sahélienne est un allié sûr, protège du coup de froid, du soleil.

Pour le reste, ben, c'est surtout du bon sens.
(On pourrait même dire qu'il n'y a pas plus de maladies qu'en occident, simplement l'information, le système de soin et la recherche ne les appréhendent pas avec la même efficacité.)
Marchez avec des scandales ! Les pieds nus finissent par être incrustés de chiques locales. Pas dramatiques mais douloureux ! Et méfiez-vous de la chaîne du froid alimentaire qui est difficilement contrôlable...

Retour en haut de la page

qualité de l'eau

Tout d'abord, sachez que le Sénégal dispose d'eau de source embouteillée ...
Les estomacs sensibles préféreront certainement cette solution. Pour les locaux ou les habitués de la région, l'eau de boisson courante puisée dans les îles assaisonnée de trois gouttes de javel suffit... (l'expérience montre que cette mesure suffit même aux estomacs fraîchement débarqués d'Europe !)

L'eau douce est une denrée précieuse dans les îles. Elle provient exclusivement, pour l'usage de toute l'année, des pluies accumulées pendant l'hivernage. Donc, à priori, d'origine non polluée.

Deux systèmes d'exploitation sont utilisés : les citernes et les puits.

Les citernes :
Le déficit en volume d'eau disponible dans certaines îles, a conduit ENDA-TiersMonde à suppléer aux besoins en construisant dans plusieurs villages d'immenses citernes en béton collectant l'eau de pluie.

Les puits :
Creusés et busés dans la couche sablonneuse, ils exploitent la nappe superficielle épaisse de 0,50 à 2,50 m suivant les périodes de l'année. Cette lentille d'eau provient de l'eau douce des pluies d'hivernage qui vient se déposer sur l'eau saumâtre qui imprègne le sous-sol des îles casamançaises. Du fait de la différence de densité entre eau salée et eau douce, l'eau douce "flotte" sur l'eau salée. Si les puits sont creusés trop profondément, eau salée garantie...
Certains puits donnent toute l'année.

Retour en haut de la page

téléphoner

Dans toutes les îles, les téléphones portables peuvent se connecter, en se plaçant à certains endroits précis, au réseaux Alizé (Orange) de la Sonatel ou Sentel (Tigo) (en roaming ou avec des cartes pré-payées locales).

Attention à l'habituelle démesure de coût des communications entre abonnés de réseaux différents

Attention, victime de son succès, le réseau est régulièrement instable ou saturé. "J'ai du réseau pourtant ! Ben oui, mais t'as pas de place dessus, mon gars !"
Pensez à ces aléas dans vos préparations de planification...

Juillet 2009 : mise à niveau des faisceaux (augmentation de puissance ou meilleure localisation des émetteurs) : les deux réseaux sont maintenant facilement accessibles partout dans les îles. Il n'est plus nécessaire de pister de gauche ou de droite le réseau à 10 cm près dans des coins incongrus comme avant...

"Je te téléphone dans mon lit, dis !"
Pourvu que ça dure !

Retour en haut de la page

boutiques et approvisionnements

Chaque village des îles possède une petite boutique-bar-salle d'animations.
Elles sont ouvertes aux heures de préparation des repas, et sur demande en dehors de ces créneaux. Ne pas hésiter à demander où se trouve le responsable qui viendra d'un tour de clé vous ouvrir le sésame pour un "trois cigarettes" ou un dé à coudre d'huile.

Vous y trouverez les produits d'épicerie de première nécessité si elles sont régulièrement approvisionnées. (huile, pétrole, thé, café, sucre, cigarettes, allumettes, condiments, savon, lessive, shampooing, concentré de tomate, oignons, boissons, petit matériel de pêche, etc.)
Par contre, prévoir pour les besoins privés (conserves, produits frais, journaux, etc...) des approvisionnements personnels à Ziguinchor.

Retour en haut de la page

Mise à jour  :    02-09-2010
© Conception, Rédaction, Sources  :  
CecyL